Une pratique discriminatoire envers les personnes ayant des dettes impayées

En Suisse, aucune personne en situation de handicap ne se trouvent à la rue et cela démontre une des nombreuses qualités de notre pays.

Pourrions-nous également prendre soin des demandeurs d’emploi pénalisés par leur situation financière « handicapante » vis-à-vis du monde professionnel ?

En effet, pour une demande d’emploi dans la plupart des secteurs d’activités, il est demandé au candidat de fournir un extrait de l’office des poursuites ; une attestation prouvant que celui-ci n’est pas débiteur d’une ou de plusieurs créances. Cette solvabilité recherchée par l’employeur pose, dans bien des cas, le problème de l’échec de certains postulants à des emplois, bien que qualifiés et parfaitement aptes pour le poste proposé.

Cette situation est souvent à la base de la précarité sur le canton de Genève. Les personnes, détenant des poursuites à leur encontre, se trouvent prises dans un cercle vicieux clairement exprimé par cette simple phrase : « À cause de mes dettes, on ne me donne pas de travail… et sans travail, comment pourrais-je rembourser mes dettes ? »

Dans le but de relever cette situation de fait, nous désirons lancer une initiative.
Sur le long terme, l’initiative permettra de garantir la protection des données personnelles de chaque individu dans un cadre commercial et professionnel. Elle permettra également aux personnes en insertion ou réinsertion professionnelle d’obtenir leur place dans la société et libèrera ainsi, l’État de sa charge financière envers ces personnes dépendantes de l’aide sociale.

 

Extrait vidéo de la conférence de presse au sujet de Suisse Économie

Le 15 octobre 2020, l’association LoveAge a tenu une conférence de presse au Grütli, à Genève, afin d’aborder quelques-unes de ses initiatives dont celui-ci. Francis Gerber y dénonce une pratique discriminatoire envers les personnes ayant des dettes impayés.